Le vendredi 5 octobre 2018, une mission de la coopération financière allemande (KFZ) avec à sa tête la chargée de projet du bureau de Francfort en Allemagne, Lisa Steinacher, s’est rendue dans les régions du Plateau-Central et du Centre-Nord, afin de s’enquérir de l’état de mise en œuvre du Projet d’amélioration de la productivité agricole par la conservation des eaux et des sols (PACES). Selon le coordonnateur du projet, Baba Gali Diarra, le PACES concerne seulement les deux régions. Il appuie les agriculteurs pour la réalisation de cordons pierreux, une méthode culturale qui permet non seulement de conserver les sols, mais aussi de les restaurer et d’accroître la productivité agricole. L’apport du projet s’est fait en matériel, en formation et en cash.
Dans le Plateau Central, la mission a visité les exploitations de Abdoulaye Kafando et de Pascal Bougma. Avec 72 m3 de moellons, Abdoulaye Kafando a réalisé 626 m de cordon pierreux sur une superficie de 1, 5ha. Ce dispositif lui a permis d’obtenir 1,25 ha de terres aménagées, soit un taux de réalisation de 83%. Pascal Bougma lui, enregistre 80% de taux de réalisation. Il a reçu 64m3 de moellons pour 402,7m de cordon pierreux et 0,8052ha de terres aménagées.
Les deux producteurs ont positivement apprécié la technique des cordons pierreux qui leur a permis de restaurer des terres initialement arides. Les cultures présentent une bonne physionomie et les exploitants espèrent de bonnes récoltes.
Dans le Centre-Nord, la mission de supervision de la KFW, s'est rendue dans le champ de Tasséré Kourita. Avec 90m3 de moellons, ce producteur a réalisé 670m de cordon pierreux et restauré 1,675 ha de terres, soit un taux de réalisation de 111,66%. Il est présenté comme un modèle en matière de production agricole. Tasséré Kourita à entamé la récolte de certaines spéculations telles le maïs et le niébé. Selon ses dires, la moisson est bonne.
Avec l’appui de l’Institut de l’environnement et de la recherche agricole (INERA), le PACES a pu réaliser des champs-écoles combinant les cordons pierreux à l’apport d’engrais organiques et chimiques. L'expérience s'est avérée concluante et les producteurs souhaitent adopter cette technique durant la campagne agricole prochaine
A l’issue de la mission de supervision, la délégation s'est dite satisfaite des réalisations faites sur le terrain. Elle a cependant souhaité voir le nombre de femmes bénéficiaires accroître. « Nous avons constaté que les femmes ne sont pas beaucoup impliquées dans le projet, nous souhaitons qu’elles puissent s’y intéresser davantage. », a dit Lisa Steinacher. Au vu des résultats engrangés , la KFW ambitionne intervenir aussi dans le warrantage, en vue d’aider les producteurs à conserver les excédents de production.
Le PACES a été lancé en 2017 et compte restaurer et récupérer 17 mille hectares de terres d’ici à 2017.