Initiée par la Plateforme pour la gestion des risques agricoles (PARM), cette rencontre vise à renforcer les connaissances générales des partenaires nationaux sur les risques agricoles et la gestion des risques, restituer les résultats préliminaires de la phase d'évaluation des risques basée sur une étude et proposer les risques agricoles avec les partenaires nationaux. Il s’agit également de discuter des outils et stratégies en cours et nécessaires pour gérer les risques agricoles avec une approche holistique, au-delà d'une intervention humanitaire en cas de catastrophe, aider les participants à partager des informations entre eux, en se concentrant sur les expériences de la Gestion des risques agricoles (GRA) dans le pays et sur leurs rôle et contribution spécifiques.
Pour le représentant de la PARM, Jean Claude BIDOGEZA, la gestion des risques agricoles est fondamentale pour un avenir dans lequel des systèmes alimentaires productifs, durables et sains sont capables de soutenir une population qui devrait dépasser les 9,5 milliards de personnes d'ici à 2050. Elle est essentielle pour améliorer la sécurité alimentaire, la nutrition et la santé de centaine de millions de personnes dans les pays en développement. " L'amélioration de la stabilité des systèmes agricoles et la réduction de la volatilité de la production, des revenus et des prix sont fondamentales pour parvenir à un développement économique durable et à la réduction de la pauvreté dans les pays dépendant de l'agriculture", a-il dit.
Pour sa part, le Secrétaire général du ministère de l'Agriculture, des Aménagements Hydro-agricoles et de la Mécanisation, Yassia KINDO, a souligné que dans un contexte marqué par la recrudescence des effets des changements climatiques, la persistance de l’insécurité dans certaines localités et l’apparition de la maladie à Covid-19, les mesures et outils de Gestion des Risques Agricoles constituent une priorité et demeurent plus qu’indispensables pour l’atteinte des objectifs du secteur agricole. Par ailleurs, il a invité les participants à suivre avec attention les différentes communications afin de maîtriser les concepts de base, à mener de fructueux partages et à effectuer une capitalisation des bonnes pratiques en matière de gestion des risques agricoles.
Depuis novembre 2019, le Burkina Faso, à travers le Ministère en charge de l’Agriculture, a signé avec la PARM, un accord de partenariat pour la gestion des risques dans les sous-secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.