Avec une équipe d’experts halieutes et du Secrétariat technique de l’Offensive agropastorale et halieutique 2023-2025 (ST-OAPH), le Directeur général, Moustapha Alassane TASSAMBEDO a expliqué aux Hommes d’affaires de la région des Hauts-Basins les objectifs et les enjeux du plan opérationnel. Les opérateurs ont pris connaissances des opportunités d’affaires à saisir pour la production piscicole.
Selon le Directeur de l’Aquaculture et de la Recherche Développement, Dr Badioula COULIBALY, c’est un marché d’environ 40 milliards de francs CFA à conquérir. Aux dires de l’expert halieute, la situation actuelle de la filière poisson est caractérisée par une production annuelle d’environ 30 mille tonnes, contre un besoin de 200 mille tonnes. « 𝐿𝑒𝑠 170 𝑚𝑖𝑙𝑙𝑒 𝑡𝑜𝑛𝑛𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑝𝑜𝑖𝑠𝑠𝑜𝑛𝑠 𝑟𝑒𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑖𝑚𝑝𝑜𝑟𝑡𝑒́𝑠, 𝑐𝑒 𝑞𝑢𝑖 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑑𝑒𝑣𝑖𝑠𝑒 𝑒𝑠𝑡𝑖𝑚𝑒́𝑒𝑠 𝑎̀ 40 𝑚𝑖𝑙𝑙𝑖𝑎𝑟𝑑𝑠 𝑑𝑒 𝐹𝐶𝐹𝐴. 𝑃𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑎 𝑚𝑖𝑠𝑒 𝑒𝑛 œ𝑢𝑣𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑙’𝑂𝑓𝑓𝑒𝑛𝑠𝑖𝑣𝑒 𝑎𝑔𝑟𝑜𝑝𝑎𝑠𝑡𝑜𝑟𝑎𝑙𝑒 𝑒𝑡 ℎ𝑎𝑙𝑖𝑒𝑢𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 2023-2025, 𝑖𝑙 𝑒𝑠𝑡 𝑎𝑡𝑡𝑒𝑛𝑑𝑢 𝑢𝑛𝑒 𝑝𝑟𝑜𝑑𝑢𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 100 000 𝑡𝑜𝑛𝑛𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑝𝑜𝑖𝑠𝑠𝑜𝑛𝑠 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑐𝑜𝑚𝑏𝑙𝑒𝑟 𝑙𝑎 𝑚𝑜𝑖𝑡𝑖𝑒́ 𝑑𝑒𝑠 𝑏𝑒𝑠𝑜𝑖𝑛𝑠 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑛𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑎𝑙𝑒 », a-t-il fait savoir.
Pour investir dans la filière et mieux tirer profit, Dr COULIBALY, conseille de produire les espèces prisées par les consommateurs. Il recommande d’opter pour la production en cage flottante, un système d’élevage piscicole qui permet de produire entre 50 à 100 kg de poissons par mètre cube d’eau, contre 1,5 à 3 kg de poissons pour les autres systèmes de production.
En croire le Directeur de l’aquaculture, le barrage de Samendeni est bien approprié pour la production piscicole au vu de son oxygénation qui va jusqu’à 4 mètres de profondeur. Ce qui facilite une bonne croissance des poissons.
À l’issue des échanges, les opérateurs économiques ont exprimé leur satisfaction et se sont engagés à investir. « 𝐶’𝑒𝑠𝑡 𝑏𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑖𝑛𝑖𝑡𝑖𝑎𝑡𝑖𝑣𝑒 𝑞𝑢𝑖 𝑝𝑒𝑟𝑚𝑒𝑡𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑠𝑎𝑡𝑖𝑠𝑓𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑙𝑎 𝑑𝑒𝑚𝑎𝑛𝑑𝑒 𝑛𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑎𝑙𝑒. 𝑆𝑒𝑙𝑜𝑛 𝑐𝑒 𝑞𝑢𝑖 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑖𝑡, 𝑜𝑛 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑟𝑎 𝑒́𝑐𝑜𝑛𝑜𝑚𝑖𝑠𝑒𝑟 𝑒𝑛𝑣𝑖𝑟𝑜𝑛 40 𝑚𝑖𝑙𝑙𝑖𝑎𝑟𝑑𝑠 𝑑𝑒 𝑓𝑟𝑎𝑛𝑐𝑠 𝐶𝐹𝐴 », a soutenu Adama TRAORE, agronome et fermier dans la région des Haut-Bassins. Il a exprimé un besoin d’une superficie de deux hectares sur le barrage. Adama TRAORE qui produit déjà des alevins a invité ses paires à suivre ses pas.
Séance tenante, plus de 40 Hommes d’affaires de la région, on souscrit pour des superficies allant de 1 à 15 hectares, sur le barrage de Samandeni, correspondant respectivement à des productions de 180 et 2700 tonnes de poissons par an.